Octobre  2016 

1er octobre

[Bandeau d'octobre avec l'aimable participation des courges du Parc Floral...]

Nuages, 14° vent  SO averses, 18°







.

Fin septembre, ce lierre (Hedera helix) commence tout juste sa floraison et la belle abeille rayée, l'Abeille du lierre, est là.

C'est une femelle comme en témoigne sa patte arrière, chargée de pollen 



Abeille du lierre.
[Colletes hederae. -  Hymenoptera Apocrita Colletidae - ]

(12-13mm)

Les mâles sont sortis plus tôt.

La femelle, elle, ne récolte que du pollen de lierre pour approvionner ses cellules. C'est une espèce oligolectique, elle est spécialisée sur ce type de pollen.


(ParisPF270916-septembre)




2 octobre

Nuages, 11° vent NO 18°

Nettoyage des nichoirs.  Le nid du grand nichoir où il reste un œuf et les deux couches de mousse des deux nidifications dans le petit nichoir.

.



















3 octobre Soleil, 9°, vent NE 19°


4 octobre

Soleil, 11°, vent E 20° bon vent





.


File d'attente pour la visite...



La mésange bleue attend patiemment que la charbonnière ait fini sa visite!



















.



La mésange charbonnière est accompagnée...

Depuis deux semaines, les mésanges, un mâle et une femelle, observent de temps en temps à l'entrée des nichoirs, le grand comme le petit.



















5 octobre Soleil, 10°, vent E fort,  18°
6 octobre  Soleil, 7°, vent NE 15°
7 octobre Couvert, 10°, vent NE 15°


8 octobre

Couvert, 11°, vent NE  16°




D'un peu plus loin...



Des chardons fort accueillants...


Sur la Cardère, des graines se sont installées et ont germé.

.




















20 septembre                                                                                                                4 octobre



9 octobre

Soleil, 8° vent N 14°

.





































10 octobre Soleil, nuages, 6° vent NE 13°
11 octobre Brumes, 6° vent NE soleil, 13° 


12 octobre

Brumes, 5° vent NE 13°


.









Déjà? Une femelle visite longuement le grand nichoir.








13 octobre Soleil, 6°, vent E pluies, 12°


14 octobre

Couvert, 11°, vent E petites pluies 13°

.





Elle est là tous les jours.

Elle y passe de heures et se met en colère si une autre mésange approche, particulièrement une petite mésange bleue qui semble aussi intéressée par un nichoir..











Mes p'tites bestioles du balcon...



.
Je vous ai déjà présenté, en 2015, celle-ci toute jeune, une juvénile toute en épines, c'est la Punaise diabolique, une invasive venue d'Asie.  Elle est présente à Paris depuis 2013.

Voici l'adulte arrivé à domicile!

La Punaise diabolique. La Punaise marbrée.
[Halyomorpha halys -Heteroptera Pentatomidae Pentatominae-]
(Brown Marmorated Stink Bug)

15.5mm

Elle est phytophage et mange absolument de tout.






Elle s'était probablement réfugiée dans mes joubarbes, mon nettoyage l'a dérangée et elle s'est envolée, elle vole fort bien.

Je l'ai, au premier abord, confondue avec une autre, la Punaise nébuleuse (Rhaphigaster nebulosa) que je vous présente par la suite. Mais les deux petits points orangés de l'écusson m'ont fait chercher un peu plus loin.  Les antennes, les hémélytres, les points jaunes, et l'absence d'épines sous l'abdomen font alors vite arriver chez Halyomorpha halys. 

Il commence à faire frais, ces punaises cherchent un endroit où hiverner, elles entrent d'ailleurs facilement dans les maisons à l'automne.

Il ne faut pas trop la manipuler car elle vous passe l'envie de trop la toucher, elle sent en effet très mauvais.

Elle pond au printemps, en juin et se développe en 5 stades durant l'été pour finir adulte comme celle-ci, en août septembre..



.




Critères d'identification de Halyomorpha halys.

Pas d'épine sous l'abdomen, le rostre de 4 articles est rangé contre le ventre tel quel.

Antennes: 2 bandes blanches article 5, 1 bande article 4.

Membrane des ailes striée.











(b101016-octobre)





Et rencontré un peu plus loin...
Voici l'autre punaise avec laquelle elle peut être aisément confondue et les critères d'identification qui la différencie.


.




La Punaise grise ou Punaise nébuleuse. [Rhaphigaster nebulosa -Heteroptera Pentatomidae Pentatominae-]




Antennes: 1 bande blanche article 5, 1 bande article 4 et 1 bande article 3.

Membrane des ailes avec des points sombres.

Pas de vue du dessous de l'abdomen. Je n'avais pas encore rencontré la Punaise marbrée à l'époque et ne connaissais pas le critère.

Mais elle possède une longue épine sous l'abdomen où se pose son rostre, d'où lui vient son nom d'espèce car Raphi signifie aiguille, et gaster, ventre.






J'ai croisé Rhaphigaster nebulosa en mars 2011, la voici.


.


Mars, une grande punaise grise prend le soleil.



La Punaise grise ou Punaise nébuleuse.
[Rhaphigaster nebulosa -Heteroptera Pentatomidae Pentatominae-]


(15mm)



.














Elle arbore sur le corps de nombreuses petites taches brunes, beiges, noires ainsi que de nombreuses taches brunes sur la membrane de ses ailes. Ce sont ces taches qui lui ont valu son nom vernaculaire de "nébuleuse".

Laissez-la en paix, car elle sent très mauvais si elle utilise ses glandes odorantes, c'est une des punaises les plus puantes.






.








Elle est phytophage et se nourrit de la sève des arbres. L'adulte hiverne caché, s'il le peut... dans les maisons. Elle peut d'ailleurs aussi se laisser tenter à goûter un insecte si l'occasion s'en présente.

Parade du mâle ici qui passe et repasse en tapotant la femelle de ses antennes sur un tronc ensoleillé le même jour.

(Raphi = aiguille, gaster = ventre)

(ParisPFlor150311-mars)












15 octobre Soleil, 10°, vent S soleil, 18°
16 octobre Soleil, 12°, vent S
17 octobre Couvert, 12°, vent SO petites pluies 18.5° soleil


18 octobre

Couvert, 12° vent O 16° pluies 12°

La mésange continue ses visites au grand nichoir.


D'un peu plus loin...




Les Sauges et les gourmands...


 

.La sauge est connue pour sa pollinisation particulière avec sa piste d'aterrissage et ses deux étamines visibles qui basculent.

Etamines et pistil sont situés tout en haut de la fleur et le nectar au fin fond de la fleur ce qui oblige l'Abeille à entrer dans la fleur.

Lorsque l'abeille entre dans la fleur les étamines se plient et déposent leur pollen sur son dos, comme on le voit pour l'abeille charpentière, ici.

A la fleur visitée suivante, le pollen de son dos entre en contact avec les stigmates de l'autre fleur et son dos récupère du nouveau pollen.




.











Le Bourdon, assez gros, ne s'embarrasse pas de délicatesse et perce tout simplement un trou en haut du calice où se trouve le nectar. Le voici ici en pleine action. La fleur, elle, vient de se faire voler son nectar sans pollinisation!






.








Des Abeilles, opportunistes, profitent des trous déjà percés par les Bourdons, comme celle-ci présentée en novembre de l'an passé.








.


Voici une autre technique, que j'ai pu observer cet automne, employée par l'Abeille mellifère pour arriver à ses fins sur la sauge.

Elle s'occupe ici d'une sauge très fine, une sauge rouge.

Pas vraiment de piste d'aterrissage commode avec cette fleur, l'abeille est trop lourde pour la finesse du pétale. Alors sa technique est différente.

Elle s'attaque à l'extrémité de la fleur, se pose sur la partie de la corolle où se trouve l'étamine, puis elle se retourne et remonte jusqu'au calice. Je ne sais exactement comment elle fait, le mouvement est très rapide, mais en final la fleur se retrouve fendue tout du long et il lui suffit de "remonter" pour profiter du nectar. J'ai vu l'opération se répéter à chaque nouvelle fleur visitée.




.




Si on regarde la fleur après le passage de l'abeille, l'éperon est fendu jusqu'au calice où se trouve le nectar.

Et l'étamine que l'on voit bien sur la toute première photo, est cassée.

L'opération est très rapide, à peine posée elle se retounre et remonte l'éperon. C'est bien le nectar qui l'intéresse car on peut voir que ses paniers sont vides de pollen.





















(ParisEcBr-septembre-octobre2016)



19 octobre Couvert, 9°, vent O, 14° averses


20 octobre

Couvert 9° vent NO petites pluies, 14°





.



Les derniers de l'automne.







Provision de nectar pour Robert-le-Diable, le Vulcain et le Paon du jour. Ces papillons adultes hiverneront bientôt.

Le Souci adulte, lui, ne supporte pas le gel de l'hiver. Il nous arrive au printemps remontant du sud. Les Piérides passent l'hiver en chrysalides.



















21 octobre Couvert 10° vent NO pluies, 14°
22 octobre Couvert 10° vent E brumes, soleil, 14°


23 octobre

Couvert brumes, 6° vent E pluies, 13°

.




Bonne nuit!











24 octobre

Couvert brumes, 11° vent S, pluies 15°




D'un peu plus loin...



.

Fin septembre, une ravissante mouchette danse sur une feuille, agitant en rythme ses ailes, elle avance d'un côté, regarde, fait demi-tour et recommence de l'autre. C'est une Téphrite, une "Mouche des fruits", cette belle rousse est la Mouche du céleri.



La Mouche du céleri.
[Euleia heraclei -  Diptera Tephritidae-] 
(Celery Fly ou Hogweed picture-wing fly)
(6mm)

Les Tephritides sont de jolies mouches aux élégants motifs sur les ailes. Notre mouchette arbore un joli motif sombre sur ses ailes. Mais regardez son thorax, son dessin  en "toile d'araignée" est tout aussi remarquable.




.


Curieusement, on la trouve en deux versions. Celle de printemps est en habit sombre et est noire. Celle d'été, comme celle-ci, est en robe rousse!

Elle a de grands yeux verts à reflets dorés, des balanciers jaunes bien visibles, des pattes jaunes. Elle a un ovipositeur court.

Elle aime le Céleri, encore nommé Persil des marais (Apium graveolens) où ses larves creusent des mines dans les feuilles. Inutile de préciser qu'elle est considérée comme un ravageur.

Faute de mieux, elle se contente aussi d'ombellifères, comme la Berce, la Ciguë, de la même famille des Apiacées que le Céleri.

Ici elle n'est pas sur ces plantes. Elle est simplement sur une feuille de Tanaisie qui une Astéracée et donc n'est pas de la famille des céleris ... est-elle de passage?



.









La mouche sur sa feuille de Tanaisie, occupée à agiter les ailes et à descendre, monter, descendre....















(ParisPF220916-septembre)




La mésange charbonnière vient toujours dormir dans le grand nichoir vers 19h et en repart au matin, vers 8h15.


25 octobre

Couvert brouillards, 11° vent S, nuages, 16.5°


.







































26 octobre Couvert brouillards, 11° vent NO quelques éclaircies 13.5°
27 octobre Couvert brouillards, 10° vent O  éclaircies, 16°


28 octobre

Couvert brouillards, 9° vent vriable  quelques éclarices, couvert, 15°


.

















D'un peu plus loin...




La pêche du Grèbe huppé... sans huppe, c'est l'automne!


.


















(ParisDaumesni260916-septembre)



29 octobre                     Passage heure d'hiver (recul une heure) 

Couvert brouillards, 13.5° vent NO 14.5°







D'un peu plus loin...





.


Sur l'Œillet d'Inde circule une minuscule mouche aux ailes tachées. Elle va et vient, jamais au repos, et explore tout son jaune domaine

C'est une "mouche des fruits", une Téphrite.

[Dioxyna bidentis -  Diptera Tephritidae-]


(4mm)






.












Elle est considérée comme nuisible aux plantes d'ornements et apprécie hautement les Asteracées comme ces Tagètes où elle se promenait. Elle pond dans leurs tiges mais elle y cause fort peu de dégâts.



(ParisPF171016-octobre)










30 octobre

Soleil, 9° vent NO soleil, 18°

.












18h






31 octobre

Soleil, 9° vent NO  soleil, 19°





Retour      

7 novembre le mâle vient se coucher dans le PN!

                                                                                                                                                                                 

                                                                                                                                     

Un bon site. Météo gratuite Paris. meteo-paris.com